Soyez les bienvenus sur le blog de la MISSION SAINT HILAIRE D'ARLES...... Prions pour tous les Chrétiens persécutés à travers le monde pour leur Foi en Jésus-Christ.....

jeudi 17 août 2017

Se dépouiller..

Lorsqu’il entendit ces paroles, il devint tout triste, car il était très riche. (St Luc 18 :23).

Le jeune homme riche s’en alla muet de tristesse. Il n’avait rien à dire. Ce que Jésus lui avait dit était clair ; aucun doute possible. Cela produisit en lui une tristesse si grande qu’il était sans paroles. Êtes-vous jamais passé par là ? Dieu vous a-t-il parlé sévèrement au sujet de ce qui fait votre richesse : vos facultés, vos dons naturels, une amitié personnelle, une affection ? Avez-vous été muet de tristesse ? Le Seigneur ne vous pressera pas, ne plaidera pas sa cause, mais à chaque occasion, il vous répétera simplement : « Si tu veux vraiment venir, tu connais les conditions. »

« Vends tout ce que tu as.... » Dépouillez-vous moralement devant Dieu de tous vos biens, et cela fait, tel que vous êtes donnez-vous à Dieu. Il faut pour cela livrer combat à soi-même, pour soumettre notre volonté à celle de Dieu. Êtes-vous plus attaché à votre propre idée des exigences de Jésus, qu’à lui-même ? Une telle disposition intérieure obligera Jésus à vous adresser une parole dure, qui produira en vous une grande tristesse. Ce que Jésus dit est pénible et ne peut être facilement accepté sauf par ceux qui ont reçu sa nature. N’atténuez jamais la sévérité d’une parole de Jésus.

Je peux mettre ma richesse en bien des sentiments divers : dans l’orgueil d’être pauvre, de n’être rien, ou bien d’être quelqu’un. Chacune de ces fausses richesses m’empêchera d’être le disciple de Jésus. Il faut que je me dépouille de tout, même de l’orgueil du dépouillement. Le découragement n’est qu’un égoïsme déçu. La fierté de me dévouer pour Jésus peut être une forme d’égoïsme.




mercredi 16 août 2017

"Viens et suis moi !".


Il te manque encore une chose; vends tout ce que tu as…, puis viens et suis-moi. (St Luc 18 :22).

« Lorsque le jeune homme riche entendit ces paroles… ». Avez-vous jamais entendu le Maître prononcer une parole dure ? Si vous répondez non, je me demande si vous l’avez jamais entendu dire quoi que ce soit. Jésus-Christ nous dit beaucoup de choses que nous entendons, sans les écouter vraiment. Quand nous y prêtons attention, ses paroles sont étonnamment dures.

Jésus ne semble pas avoir, le moins du monde, pressé cet homme de faire ce qu’il lui avait dit. Il n’a pas essayé de le garder près de lui. Il lui a simplement dit : « Vends tout ce que tu as, puis viens, et suis-moi ». Notre Seigneur ne supplie, ni ne cajole. Jamais il n’essaie de séduire. Il dit simplement les paroles les plus sévères que des oreilles humaines aient jamais entendues, puis s’en tient là.

Ai-je jamais entendu Jésus dire une parole dure ? M’a-t-il parlé, à moi personnellement, et l’ai-je écouté avec toute mon attention ? Non pas une parole que je puisse exposer à d’autres, mais quelque chose qui était bien pour moi ? Cet homme comprit ce que Jésus disait ; il l’entendit et en mesura la portée, et cela lui brisa le cœur. Il partit, non pas révolté, mais tout triste et entièrement découragé. Il était venu à Jésus plein d’ardeur, et la parole de Jésus le glaça. Sa piété enthousiaste céda au découragement. Et Jésus n’insista pas ; il le laissa partir. Le Seigneur sait parfaitement que, une fois que sa parole a été entendue, elle portera du fruit tôt ou tard. Il est dommage que plusieurs d’entre nous empêchent le fruit de mûrir. Mais, si nous revenons à l’obéissance, Jésus ne nous fera aucun reproche.




mardi 15 août 2017

Dieu nous connait.

Il appelle par leur nom les brebis. . . (St Jean 10 :3).

Jésus me connaît-il, même quand je me suis lamentablement mépris sur son compte ? (Jean 20, v. 17).

Il est possible de connaître à fond toute la doctrine chrétienne, et cependant de ne pas connaître Jésus. Notre âme est en danger lorsque la doctrine prend le pas sur notre intime contact avec Jésus. Pourquoi Marie de Magdala pleurait-elle ? Elle ne savait rien de la doctrine. N’importe quel Pharisien aurait pu aisément se moquer d’elle sur ce point, mais il n’aurait pu ébranler cette certitude : Jésus avait chassé d’elle sept démons. Cependant ce bienfait n’était rien auprès de sa personne-même. Marie vit Jésus debout, près d’elle, mais elle ne savait pas que c’était Lui. Dès qu’elle entendit sa voix, elle sut qu’elle avait déjà rencontré celui qui parlait, et elle cria : « Maître ! ».

Jésus me connaît-il, même quand je me suis entêté à douter ? (St Jean 20 :27). Ai-je eu des doutes sur un point particulier de l’action de Jésus ? Une expérience dont d’autres auraient rendu témoignage, mais que je n’ai pas faite moi-même ? Les autres disciples dirent à Thomas qu’ils avaient vu Jésus, mais il persista dans le doute : « Si je ne vois… je ne croirai pas » (St Jean 20 :25). Thomas eut besoin de voir Jésus de ses yeux, de le toucher. Jésus accorde parfois ce contact précieux, mais nous ne pouvons le savoir d’avance. Lorsque cette expérience se produit, nous nous écrions « Mon Seigneur et mon Dieu ! ».

Jésus me connaît-il, même quand je l’ai égoïstement renié ? (St Jean 21 : 15-17). Pierre avait renié Jésus avec des serments et des imprécations. Cependant, après la résurrection, Jésus apparut à Pierre, seul. Il lui pardonna, d’abord en particulier, puis devant les autres. « Seigneur, tu sais que je t’aime ! ».

Est-ce que je connais personnellement Jésus-Christ ? Ce qui caractérise le vrai disciple est une connaissance du Christ que rien ne peut ébranler.



dimanche 13 août 2017

La lutte pour la sanctification.


Ne méprise pas le châtiment du Seigneur, et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend. (Hébreux 12 :5).

Rien n’est plus facile que d’éteindre l’Esprit. Nous le faisons en méprisant le châtiment du Seigneur, en perdant courage quand il nous reprend. Si nous n’avons qu’une expérience superficielle de la sanctification, nous prenons l’apparence pour la réalité. Et quand l’Esprit de Dieu commence à nous avertir, nous nous disons que cela doit venir du diable.

N’éteignez pas l’Esprit, et ne le méprisez pas quand il vous dit de cesser à être aveugle sur ce point. Nous ne sommes pas aussi avancé que tu le croyons. Jusqu’ici, il ne m’a pas été possible de te nous révéler, mais nous le faisons maintenant. Quand le Seigneur vous corrige ainsi, soumettez-vous à lui docilement. Laissez-le rétablir entre vous et lui des relations normales.
« Ne perds pas courage quand il te reprend. »

Nous nous mettons à bouder Dieu, et nous disons : « Ce n’est pas ma faute. J’ai prié, et les choses ont mal tourné ; je vais tout abandonner. » Réfléchissez à ce qui arriverait si nous parlions ainsi, dans n’importe quel autre domaine de la vie....

Suis-je prêt à laisser Dieu me saisir par sa puissance, et faire en moi une œuvre digne de Lui ? La sanctification n’est pas ce que je veux que Dieu fasse pour moi, mais bien ce que Dieu veut faire pour moi selon sa propre pensée. Il faut qu’il amène mon âme et mon esprit à une soumission telle que, coûte que coûte, je le laisserai libre de me sanctifier totalement.